LeGrandJeu

Nice Street Art Project

 

Depuis presque trois ans, l'Université de Nice organise régulièrement des séminaires, des colloques et des publications autour de l'art urbain, notamment grâce au travail d'Edwige Fusaro. Le programme de l'année 2017 vient d'être publié. Tous les renseignements sont disponibles sur le site du Nice Street Art Project.

Les prochains séminaires auront lieu:

10 Février 2017
- Liliane Louvel, De l'image au texte et du texte à l'image. Tourbillons de mots, échos d'images

La relation entre texte et image est complexe ; elle implique une translation, comme une traduction d'un medium à l'autre, voire une délicate négociation. Depuis l'antiquité, l'ekphrasis, exercice rhétorique de haute volée (Ruth Webb), a consisté à "mettre sous les yeux un objet absent" (Heffernan). Elle s'est appliquée aux objets d'art en particulier, du moins dans le monde anglo-saxon (Mitchell). Nombreux sont les romans qui incluent des images soit par le biais de l'ekphrasis (H. James, Tracy Chevalier, V. Woolf) soit en les incluant matériellemnt dans les ouvrages : comme chez Sebald, Danielevsky, Vincenzo Consolo, ou Ransom Riggs' Miss Peregrine's Peculiar Children qui a son tour a donné naissance à un film. Trajet complexe d'un livre à images vers un film d'images.
Passer du texte à l'image implique l'opération inverse qui consiste à aller des mots vers l'image. Que choisir ? comment choisir ? Comment les "rendre" ? Ernest Pignon-Ernest a choisi d'incarner la poésie en transférant sur les murs des villes les portraits de poètes dont le travail contenait une dose de rébellion (Rimbaud, Genet, Pasolini). Il s'est aussi inspiré des textes des grandes mystiques, elles-mêmes écrivaines, pour dessiner les grands corps tourmentés de l'installation "Extases". Mais l'histoire ne s'arrête pas là puisque ces poètes et poétesses et son travail sur les murs ont à leur tour donné naissance à des textes de poètes comme André Velter par exemple. On le voit, le tourbillon créatif qui agite la relation entre textes et images n'en finit pas de tourner pour le plus grand plaisir des critiques.

- Florence Salanouve, Du street art à la bibliothèque : représentations et perspectives critiques

Le propos, qui est celui d’une professionnelle des bibliothèques s'inscrivant dans une perspective critique, vise à développer un questionnement autour de l’articulation entre la bibliothèque en tant qu’institution et le street art. Comment le street art peut-il contribuer à changer radicalement l’image de la bibliothèque ? Il s’agira d’analyser notamment la manière dont les bibliothèques contribuent à mettre en exergue/ exposer le street art.

10 Mars 2017
- Nathalie Heinich, Le Street Art, de l’artification à l’art contemporain

L’on oublie trop souvent qu’avant d’être considéré comme un genre de l’art contemporain, le street art a d’abord été une pratique délictueuse, réprimée en tant que « tag » ou « graffiti ». Comment le « graffeur » est-il passé du poste de police à la galerie d’art, voire au musée ? C’est la première question qu’il convient d’élucider, grâce à la problématique de l’artification, ou passage du non-art à l’art.
Dans ce processus, les discours jouent bien sûr un rôle majeur, de même que dans l’art contemporain. Ce sont eux, essentiellement, qui assurent non seulement le passage du graffiti au street art, mais aussi le passage de celui-ci à l’art contemporain. Dans cette perspective, le rôle du sociologue ne consiste pas à décréter si le street art  est ou n’est pas de l’art, ni s’il est ou n’est pas de l’art contemporain : il consiste à analyser les processus par lesquels les différentes catégories d’acteurs organisent ces passages, et les valident – ou pas.

- Vittorio Parisi, The art of rebellion? La valeur politique du street art entre storytelling et factualité

Le récit dominant du graffiti writing et du street art semble inscrire ces deux phénomènes au terrain assez hétérogène de l’artivisme. Effectivement, l’acte de peindre dans la rue, ou plus généralement de sortir l’art de ses récipients institutionnels pour le renverser dans l’espace commun de la ville, a des implications politiques évidentes. L’histoire du writing newyorkais des années 1970 et celle de l’art urbain français de cette même période ne font pas exception à cette règle. Cependant, les formes de reconnaissance progressives (commerciale, médiatique, institutionnelle...) dont le graffiti et le street art ont été l’objet durant les décennies, nous obligent à reconsidérer le caractère subversif qui, souvent, leur est encore associé. Le risque étant que la valeur politique de ces derniers ne s’avère être finalement qu’un lieu commun, nous focaliserons notre regard sur plusieurs cas spécifiques : quelles véritables retombées sociales a aujourd’hui un festival de street art en banlieue ? Quelle est la puissance politique effective d’une affiche produite par Shepard Fairey ? Et celle d’un artiste qui efface sa propre fresque en signe de protestation ? Et encore, devrait-on interpréter le simple tag vandale comme un acte de révolte ?

28 Avril 2017
- Carole Talon-Hugon, titre et présentation à venir
- Marie-Joseph Bertini, titre et présentation à venir

News
News
La pochezza di Sky

La pochezza di Sky

Uno spot di Sky per promuovere i cinepanettoni dimostra l'arretratezza del dibattito sul rapporto tra cultura alta e cultura popolare in Italia.

  • sky
  • cinepanettoni
  • luca sofri
  • high brow
  • low brow
News
News
Graffiti Sessions

Graffiti Sessions

All the videos of the three-days conference now online...

  • graffiti sessions
  • london
  • conference
  • vandalism
  • graffiti
  • street art
  • debate
  • chantal mouffe
  • alison young
News
News
Le Pressionnisme 1970 - 1990

Le Pressionnisme 1970 - 1990

Les chefs-d’œuvre du graffiti sur toile de Basquiat à Bando à la Pinacothèque de Paris...

  • pressionisme
  • alain dominique gallizia
  • exposition
  • graffiti
  • writing
  • street art
  • art urbain
  • new york
  • pinacothèque de paris